Menu

3 conseils avant de choisir votre assurance animalière

6 mars 2019 - Animaux
3 conseils avant de choisir votre assurance animalière

La santé de votre compagnon à quatre pattes, ou à écailles, vous tient particulièrement à cœur ? Vérifiez les 3 points qui suivent, avant de souscrire une assurance pour couvrir les frais rattachés.

Analyser les conditions particulières

Les paragraphes en petites lettres d’un contrat d’assurance animalière comprennent des informations parfois très importantes. Veillez à faire particulièrement attention aux délais de carence des assurances, lorsque vous choisissez une formule. Certains contrats ne prennent effet que passée une certaine période. Allant de quelques jours à quelques semaines, ou mois selon le prestataire, ce laps de temps laisse votre compagnon sans couverture. Vous devrez donc débourser de vos poches les éventuels frais engagés pour les consultations chez le vétérinaire et les prescriptions. Il existe néanmoins des contrats qui ne présentent pas un tel délai.

Le montant de la franchise constitue un autre point de prudence à considérer avant de choisir votre assurance animalière. Il définit la part qu’il vous reste à payer de la facture, après que l’assureur ait reversé son dû. Il s’agit donc de savoir à hauteur de combien vous êtes remboursé, en pratique. Vous les paierez sans doute plus cher, mais préférez les contrats incluant des remboursements à 100 % si vous voulez éviter la franchise.

Être fixé sur les questions de plafonnement

Autre sujet poignant des contrats d’assurance : le plafonnement des remboursements. Prenez rapidement connaissance de ce montant qu’il ne faut pas dépasser, en termes de soins et de médications, pour continuer à être remboursé. Cette limite est fixée pour un an, donc si vos dépenses vont au-delà, il faudra attendre l’année suivante avec la reconduction du contrat pour être, de nouveau, pris en charge. Soyez pointilleux sur la manière dont ce détail opère. Les assureurs appliquent souvent des plafonds différents selon que vous avez un chat ou un de ces NAC. Pour ces derniers, ce montant est à peine de quelques centaines d’euros.

Vérifier les exclusions diverses et les offres bonus

Il existe certains sinistres pour lesquels votre contrat d’assurance animalière ne pourra pas être mobilisé. Ces limitations doivent clairement figurer dans la police et vous êtes censé en être au courant, avant de signer. Ces exclusions varient, en fonction des prestataires et des niveaux de garantie que vous choisissez. Les frais engagés par une chirurgie esthétique font partie des exclusions les plus courantes. Si vous consultez suite à des cas avérés de négligence ou de maltraitance de votre animal, les frais ne seront pas non plus remboursés. L’implantation de prothèse ainsi que les maladies congénitales existant précédemment à la signature du contrat font également partie des exclusions fréquemment rencontrées.

Inversement, certains contrats peuvent être rallongés avec des garanties optionnelles ne faisant pas partie des motifs de couverture classiques. N’hésitez pas à en tirer profit, en y mettant le prix, si votre animal est concerné par les particularités qui rendent ces rallonges pertinentes. Vous pouvez vouloir envisager que votre compagnon soit abrité dans un chenil si vous n’êtes pas en mesure d’en prendre soin, comme lors d’une hospitalisation. Certaines assurances proposent un remplacement en cas de perte de l’animal. Informez-vous clairement sur les conditions de mise en œuvre de cette option, le cas échéant.